Manchester-United-v-Braga-Javier-Hernandez-wi_2849381

Les matches se suivent et se ressemblent pour United : rapidement menés au tableau d'affichage, les Red Devils ont dû signer un sixième comeback depuis le début de la saison (les deux autres fois qu'ils ont été menés, ils ont perdu). Il n'a fallu que 120 secondes aux portugais de Braga pour profiter des errances défensives désormais coutumières de la bande à Sir Alex. Pire, après 20 minutes, Braga avait réalisé le break. Notre bourreau se nommait ce soir Alan Osorio da Costa Silva, dit Alan (pourquoi se faire chier ?), un brésilien de 33 ans, visiblement pas impressionné par le back four aligné par le père Fergie.

Notre septuagénaire préféré avait annoncé la couleur : les vétérans Evra et Ferdinand seraient laissés au repos pour parler racisme. Ce qui nous permit de voir Büttner, aux abonnés absents depuis le 26 septembre dernier et la victoire en Capital One Cup versus Newcastle, mais surtout la blague préférée de notre écossais chéri : Carrick en défense centrale ! Comme un parfum de foutage de gueule... Rappelez-vous les compos douteuses qui nous coûtèrent très cher l'an dernier en Ligue des Champions. Mais dimanche, c'est un city trip à Stamford Bridge qui est à l'agenda, donc on fait tourner les serviettes, et les joueurs, pour en garder certains au frais et offrir à d'autre un précieux temps de jeu.

En résumé, outre Evra et Rio ; Scholes, Welbeck et Valencia sortaient aussi du onze aligné face à Stoke, remplacés numériquement par Cleverley, Kagawa et Chicharito. Pas moche comme couverture, surtout quand on y ajoute Fletcher. Donc, si tu suis bien, ça donnait ça : De Gea ; Rafael, Carrick, Evans, Büttner ; Fletcher, Kagawa, Cleverley, Rooney ; van Persie, Chicharito. Comme moi il y a deux semaines, Fergie sortait son diamant, avec Rooney à sa pointe, capitaine de la soirée à la veille de son 27ème anniversaire, pendant que Young faisait son retour sur la feuille de match, accompagné sur le banc de Johnstone (Lindegaard est blessé), Rio, Ando, Giggso, Nano et Welbo.

Mais si Kagawa fut à la base du 1-2 juste trois minutes après le doublé d'Alan, en récupérant un ballon bien négocié par RVP (petite roulette pour fumer deux défenseurs) en adressant un joli petit centre vers la tête de Chicharito, il dut sortir à la mi-temps et chambouler les plans du patron. Exit donc le diamant avec l'introduction de Nani sur l'aile droite et le repositionnement de Rooney à gauche. Plus de profondeur, donc, et plus de danger, aussi. Mais l'égalisation viendra sur une phase arrêtée. Les corners toujours aussi précieux de RVP font à nouveau mouche, grâce à nos deux défenseurs centraux, visiblement plus inspirés dans le rectangle adverse que dans le leur... Au premier poteau, Carrick prolonge du dessus de la tête et trouve chanceusement Evans, qui manque d'abord sa reprise du droit avant de retenter du gauche, avec plus de succès : le ballon roule tranquillement vers la cage de Beto, surpris par ce tir peu académique au milieu d'une forêt de jambes poilues (62ème). La machine est lancée, la victoire ne fait presque plus de doute. Chicharito montre qu'il a plus qu'un jeu de tête avec une action toute en puissance, vitesse et précision. Il déborde à gauche avant d'adresser une merveille d'extérieur du droit vers Nani, mais la frappe du portugais local est détournée en corner par Beto.

Ce fut donc définitivement la soirée de notre Petit Pois mexicain, puisqu'après cette action de classe et son premier but, c'est lui qui endossera la cape du super héro en délivrant tout Old Trafford à la 75ème minute, d'une tête rageuse au second poteau, sur un centre de la droite de Cleverley que le maître Beckham n'aurait pas renié. Peu utilisé cette saison, notre numéro 14 a prouvé qu'il avait encore son mot à dire au sein de notre impressionnante armada offensive, et si Ferguson l'a fait sortir trois minutes plus tard pour impliquer Giggs dans une 18ème Ligue des Champions, c'est peut-être pour l'économiser en vue du match à Chelsea, dimanche prochain, plus que pour la standing ovation. Sir Alex avouait en fin de rencontre ne plus savoir quoi faire de ses quatre attaquants. Espérons qu'il pensera un peu plus souvent à Hernandez, certainement plus concret que Welbeck.

La bonne nouvelle, c'est que nos attaquants ont encore fait le boulot et prouvé à nouveau qu'il n'y avait aucune dépendance, de quelque joueur que ce soit. Nos buteurs se partagent plutôt équitablement le buts marqués, peu importe la formation choisie. La circulation est bonne et certains mouvements provoquent même des fractures de l'oeil. Il est juste tellement dommage de concéder tant de buts, mais finalement, que préférons-nous ? Être menés 0-2 pour finalement gagner 3-2, ou mener 3-0 et laisser revenir nos adversaires à 3-2 ? Oui, je sais, vous préférez mener 3-0 et puis basta, mais quand on supporte United, on est préparé à souffrir, c'est dans nos gènes.

Dans un tel contexte, il risque d'y avoir des buts à Stamford Bridge dimanche, où nous affronterons des Blues vaincus logiquement à Donetsk mais offensivement pas déguelasses non plus. La preuve, ils ont actuellement la deuxième meilleure attaque de Premier League derrière... United (19 et 21 buts marqués en 8 rencontres).

En ce qui concerne la Ligue des Champions, United pourrait se qualifier pour les huitièmes dès le match retour à Braga, ce qui serait plutôt une bonne idée, en fait. Mais avant cela, c'est une triplette londonienne qui nous attend ! Deux fois Chelsea en trois jours puis Arsenal à la maison : des fêtes d'Halloween effrayantes à souhait... Pour nos adversaires (fingers crossed) ?