En s'imposant 1-3 à Braga, les Red Devils ont signé leur quatrième succès en autant de rencontres en Ligue des Champions et s'assurent ainsi de terminer à la première place du groupe.

Braga_Away_CL_014

12 points sur 12 et tous les autres à au moins 8 points, le calcul est aisé, même pour le dernier des abrutis. Avec deux matches à disputer dans cette phase de poules, United va pouvoir se payer le luxe de faire tourner son effectif et d'aligner une équipe B lors des deux dernières rencontres avant que les choses sérieuses ne commencent. Une performance qui contraste avec la campagne calamiteuse de la saison dernière, preuve s'il en fallait qu'il ne s'agissait là que d'une exception, et non d'un déclin éventuel que nos rivaux prédisent et espèrent tant, à chaque défaite de nos ouailles.

Sir Alex voulait se qualifier à Braga pour donner du repos au vieux Rio, il fut exaucé. Et le retour dans l'équipe de Smalling est, dans ce sens, tout aussi bienvenu. Sur le banc à l'entame de la rencontre, Ferdinand a tout de même dû monter au jeu en seconde période pour remplacer Evans, apparemment touché lors de son tampon jugé fautif sur Custodio, sanctionné d'un penalty.

Au départ, ça donnait donc ceci : De Gea dans les cages ; un back four composé de Valencia, Smalling, Evans et Evra ; un milieu à trois avec Anderson, Giggs et Rooney ; et enfin trois "attaquants" avec Nani à droite, Welbeck à gauche et Chicharito en pointe. Un 4-5-1 désormais classique pour nos déplacements sur le continent, bien plus qu'un 4-3-3, nous ne sommes pas dupes. Rafael obtenait un peu de repos après sa folle semaine et c'est bien légitime (300 minutes en trois matches sur six jours).

Une équipe semi B donc, pour affronter une formation qui nous avait déjà donné du fil à retordre à Old trafford voici deux semaines. Inutile de revenir en détails sur cette rencontre, insipide jusqu'à ce penalty concédé par le malheureux Evans au premier retour des vestiaires. United a beau compter le maximum de points mis en jeu (seule équipe à avoir réussi cet exploit), nous sommes encore loin d'avoir atteint notre meilleur niveau, c'est dire la marge de progression qui est la nôtre d'ici les matches à élimination.

Penalty pour Braga, donc, et Alan montre à Rooney comment on les tire ; une patate dans le plafond que De Gea ne peut toucher que des yeux. Ça y est, me dis-je, United va peut-être enfin se mettre à jouer... Et puis la pénombre. Le déluge a fait sauter les plombs et l'arbitre suspend la rencontre pendant 10 minutes. Au retour de la lumière, les événements vont s'enchaîner : Sir Alex remplace Evans par Ferdinand, puis Welbeck par van Persie et Nani par Rafael. Oui Monsieur, on a ce qu'on appelle un banc !

Braga_Away_CL_012

De Gea à deux doigts d'arrêter le tir d'Alan (ou pas)

Braga_Away_CL_004

Rooney à deux orteils de foirer un nouveau péno

Il n'aura fallu qu'un quart d'heure à notre nouveau tueur batave pour faire à nouveau l'étalage de sa classe. Bien lancé par Giggs, il profite à merveille de l'erreur du gardien Beto, qui avait décidé de sortir avant de se rétracter. Une hésitation fatale ; n'écoutant que son instonct, RVP brosse parfaitement son ballon pour permettre à United d'égaliser. Il reste alors 10 minutes de jeu et on n'a presque plus aucun doute sur l'issue de la rencontre, United va probablement l'emporter. 84ème, Giggs, encore lui, fait sauter le ballon et offre à Chicharito un face-à-face avec Beto, que le gardien portugais remporte, mais Rooney suit, pousse son ballon, se fait légèrement accrocher et tombe "intelligemment", comme on dit. 5 secondes de réflexion pour le corps arbitral, qui juge finalement l'intervention au moins aussi fautive que celle d'Evans un peu plus tôt. Comme contre Arsenal, c'est Rooney et non van Persie qui se présente aux six mètres. En direct, on se dit qu'il a bien appri du tir d'Alan, son péno finissant lui aussi dans le plafond. Le replay est plus comique : en fait, le pied d'appui de Shrek glisse et touche le ballon avant que le droit n'expédie le cuir au fond du but. De mémoire, c'est la première fois que je vois un double contact sur un coup de pied de réparation. On est passé tout près d'un nouveau raté mais United mène bel et bien. Video Gag continue avec un 3ème but encore plus ridicule : Valencia centre en retrait pour Rooney qui dévie subtilement pour Chicharito dans son dos ; le mexicain se retrouve seul face au but, mais au lieu d'envoyer un missile, le Petit Pois attend le gardien, l'évite, touche le ballon trois ou quatre fois avant d'enfin tirer sur un défenseur en tombant ; le ballon lui revient dans les pieds et, toujours à terre, il parvient enfin à le mettre au fond. Un but dans la lignée de son tout premier sous le maillot mancunien, lorsqu'il avait marqué du nez face à Chelsea lors du Community Shield.

Braga_Away_CL_002

Un éclair dans la pénombre

Premier de son groupe, leader en Premier League, United affiche ses ambitions et trace son chemin. Un chemin qui s'annonce sans grandes embuches jusqu'au derby face à City. Libérés de leur tâche européenne, les Red Devils joueront Aston Villa, Norwich, QPR, West Ham et Reading, pendant que Chelsea, par exemple, devra se farcir Liverpool, WBA, la Juventus, City et Fulham. Un 15 sur 15 serait donc la meilleure des idées et nous permettrait à coup sûr d'étendre notre avance en tête du classement. Et avec des joueurs en forme et une infirmerie anormalement déserte (fingers crossed), nous avons tous les droits d'être optimistes.

GLORY GLORY MAN UNITED