Chelsea_Away_PL_006

On va tout de suite mettre les choses au clair : oui, l'arbitre nous a (un peu) aidés dimanche au Bridge ! Et alors ? J'ai presque envie de dire que ces décisions en notre faveur rendent cette victoire encore plus savoureuse. Qu'il est bon de voir les haters se déchaîner, les Blues porter plainte contre Monsieur Clattenburg, la théorie du complot pro-macunien ressurgir (comme toutes les deux semaines, en fait), les blagues sur le corps arbitral, tout entier voué à la cause des Red Devils ! C'est un scandale !

A tous ceux qui pleurent et que notre succès a rendu aigris, envieux et jaloux, je leur dis d'aller se faire foutre. Nous avons gagné au Bridge, ça faisait dix ans que pareille chose n'était plus arrivée en championnat, et putain que c'est bon ! Durant cette décennie, nous avons eu notre lot "d'injustices", au Bridge, souvent, mais aussi partout ailleurs. Bizarrement, ces erreurs qui nous ont parfois coûté non pas trois pauvres points, mais ni plus ni moins qu'un titre (Chelsea, extérieur et domicile, en 2010, United deuxième à un point des Blues), ont toujours fait moins de bruit.

A présent, parlons-en, de l'arbitrage ! La rouge d'Ivanovic est parfaitement logique ; Young, parfaitement lancé par l'excellent Van Persie, filait droit vers le but, trop vite pour le serbe, obligé de déséquilibrer l'anglais, à qui il en faut beaucoup moins pour s'effondrer comme une merde. La rouge de Torres ? Elle fut brandie avec beaucoup de retard, car sa première jaune méritait déjà l'exclusion. Qu'Evans l'ait bien touché sur l'action qui renvoya la belle blonde aux vestiaires ne signifie pas qu'El Nino n'a pas simulé. Le décalage entre la faute et la chute, le fait qu'il se tienne le genou alors que c'est le tibia qui fut raclé sont un plaidoyer pour le pauvre Clattenburg. Mais ce dernier a bel et bien fait d'autres erreurs que de garder Torres sur la pelouse plus qu'il ne le méritait : une main de Luiz dans le rectangle non sifflée, quelques gestes pas jojo de part et d'autre et... ce but victorieux de Chicharito, entâché d'un hors-jeu soi-disant flagrant mais pour lequel il fallut revoir au moins trois fois un super ralenti et que le juge de ligne aurait eu bien du mal à signaler, tant le nombre de joueurs dans le petit rectangle de Cech étaient nombreux, presque autant que pendant les matches de Chelsea lors de la défunte Ligue des Champions, c'est dire !

Alors fuck off ! Fuck off à tous ceux qui s'indignent de cette victoire.

Chelsea_Away_PL_003

Allez hop ! Retourne chez la coiffeuse !

Ceci étant dit, parlons un peu football... Quel entame de match de United ! Après avoir concédé si souvent en début de rencontre cette saison, qui aurait pu imaginer que nous mènerions 0-2 après un quart d'heure de jeu ? Certainement pas moi. Pendant 30 minutes, les Red Devils ont parfaitement maîtrisé leur sujet avant de peu à peu lâcher du lest et laisser l'initiative aux talentueux milieux des Blues. Le magnifique coup franc de Mata ponctuera une fin de première période à sens unique, où De Gea aura à nouveau montré toute sa classe sur sa ligne de but. Pour ce choc, Sir Alex avait décidé de ranger son diamant au placard et d'en ressortir ses ailiers, histoire d'embêter un max Cole et Ivanovic. Mission accomplie pour Valencia et Young, le premier signant une excellente prestation malgré quelques centres tout pourris, pendant que le second signait une copie plus qu'honnête pour un tel retour. Devant un De Gea au top (sauf sur un ou deux dégagements), le back four a fait le taff, malgré les deux buts encaissés. Rio (sifflé par le public toujours aussi lobotomisé de Chelsea) et Evans ont rarement été surpris, tandis que Rafael et Evra se concentraient principalement, une fois n'est pas coutume, sur leur tâche défensive. Il est agréable de constater que le jeune brésilien conforte de match en match sa position avec des belles performances, tout autant que la renaissance de Patrice Evra, visiblement réveillé depuis le match de Büttner face à Wigan. Au milieu, Carrick continue de multiplier les passes avec une aisance catalane. A ses côtés, le petit Cleverley a connu un match plus compliqué, à oublier. Tout le contraire de Rooney, au four et au moulin, devant derrière, au milieu, sur les côtés. Wazza avait des ailes et sans une bête et inutile faute sanctionnée par un carton jaune et le but de Mata, il frôlait la perfection. Devant, Robin van Persie a encore prouvé combien tous ceux qui ont douté de l'utilité de ce transfert (dont je fais partie) ont encore bien à apprendre... Impliqué dans les trois buts de United et dans tous les bons coups, il a étalé sa classe et répondu présent lors de ce grand rendez-vous.

Chelsea_Away_PL_012

"Putra Madre ! Chelle-là yè l'aurai pas..."

Mais le héros du jour et de la semaine, c'est bel et bien mon chouchou mexicain, mon Petit Pois préféré ! Après son doublé en Ligue des Champions qui nous offrit la victoire face à Braga, Chicharito a encore endossé le costume de super joker de luxe, face à un de ses adversaires préférés. A onze contre neuf, United ne pouvait pas ne pas gagner. Pourtant, le mur bleu était bien décidé à repousser tous les assauts de la meilleure attaque de la Premier League. Fergie, qu'on n'avait plus vu si ambitieux lors d'un choc à l'extérieur depuis des lustres, lance son arme plus très secrète dans la bataille et s'en félicitera une fois de plus quelques minutes plus tard. Les maux de tête ne sont pas prêts de s'arrêter pour notre manager au moment de choisir sa ligne d'attaque, et Javier Hernandez a probablement gagné une place dans la hiérarchie des attaquants. Bravo mon petit gars.

Chelsea_Away_PL_011

Le 4ème arbitre : "Putain les mecs, arrêtez de postillonner..."

Chelsea_Away_PL_005

Danny, chi tou me regardes... Il est pour toi !

 

Cette victoire nous permet de revenir à un point des Blues, toujours leaders. Et c'est bien là le seul enseignement de ce match. Bien qu'il soit encore tôt dans la saison, une défaite nous aurait repoussé à sept points, un écart certes pas insurmontable, mais peu enviable pour un candidat au titre. Samedi prochain, ce sont d'autres pleureuses que nous accueillerons à Old Trafford. Arsenal débarquera avec un esprit de revanche, un an après un certain 8-2. Cette rencontre conclura un tryptique londonien puisqu'avant cela, United se déplacera mercredi à... Stamford Bridge, où une équipe bien différente de celle de dimanche tentera de nous qualifier pour le prochain tour de la Capital One Cup. Ambiance garantie !

Exciting days !