United a signé à St James Park une rencontre trois étoiles pour se hisser à la seconde place du classement et adresser un message clair à ses concurrents avant la trêve internationale : nous sommes là !

DSC02094

C'est dans un pub irlandais de Montréal, Québec, Canada, que je me rendis peu avant les 11 heures locales, pour mater ce Newcastle - Man Utd en compagnie de ma chère et tendre et d'une énorme bière. Soyons honnête, je n'abordais pas ce déplacement à St James Park avec une confiance maximale. L'équipe d'Alan Pardew est aujourd'hui redevenue une valeur sûre de l'élite anglaise et les déplacements là-bas sont plus que périlleux. Aussi, même si nos Red Devils semblent (enfin) sur la bonne voie après ces premières semaines de rôdage et de jeu peu chatoyant, la menace Magpies, son public chaud, son milieu costaud et son attaque athlétique avaient de quoi inquiéter, surtout au vu de nos récentes prestations défensives... D'ailleurs, Wayne Rooney tweetait un peu plus tôt dans ce sens :

Je me prépare pour le match. Suis impatient. Sera un match difficile mais nous sommes prêts.

Effectivement, nos gars étaient prêts ! Ils ont signé hier, et de loin, leur meilleure prerformance de la saison. Un match porteur de bien des espoirs qui nous réconcilie avec l'ensemble de l'équipe, tant il n'y avait que peu de choses à jeter. Pour ce match, Sir Alex alignait un onze séduisant, en procédant à trois changements par rapport au déplacement du milieu de semaine en Roumanie. Ainsi Fletcher, Anderson et Chicharito laissèrent leur place à Carrick, Kagawa et Welbeck dans un 4-4-2 avec un milieu en diamant qui semble plaire de plus en plus au Sir, qui l'a déjà testé contre les Magpies en Capital One Cup et à Cluj, avec les succès que l'on sait. Un joyau avec Carrick à sa base, Rooney au sommet dans un rôle à-la-Scholes qui semble lui aller comme un gant, Cleverley et Kagawa sur les côtés. Devant ce quatuor, Welbeck recevait sa chance aux côtés de l'inévitable Robin Van Persie. En défense, Fergie a beaucoup moins de choix et choisit le même back four qu'à Cluj : Rafael, Ferdinand, Evans et Evra. Derrière ces gentils messieurs, De Gea enchaînait un second match d'affilée. Sur le banc aux côtés de Lindegaard, Wootton, Anderson et Chicharito, Scholes et Valencia faisaient office de jokers de luxe.

Depuis le début de la saison, United entame très mal ses rencontres et se retrouve souvent mené pour devoir courir après le score et ne pas toujours parvenir à le rattraper, comme contre les Spurs le week-end précédent. Cette fois, nos diables ont décidé de prendre le tureau par les cornes en mettant immédiatement une énorme pression sur la défense des Magpies. Dès la 5ème minute, on a droit à un très beau mouvement : Rooney et Cleverley travaillent sur le côté gauche, puis le petit Tom adresse une belle transversale vers RVP qui remise de la tête pour Evans, déjà présent en zone de finition, qui talonne intelligemment pour Welbeck, libre de tout marquage, mais le tir écrasé du jeune anglais roule sans danger vers Harper. Cette action résume à elle seule le match de Welbeck, qui a hérité des meilleurs occasions dans le jeu ouvert et qui aurait pu, avec un sens de la finition un peu plus affûté, signer un hat-trick. Plus symbolique encore, cette occasion où sa combativité lui permit de subtiliser le cuir dans les pieds de Harper, avant de manquer le cadre d'un but laissé vide (12ème)... Sentant les attaquants hésitants, nos défenseurs vont montrer la voie à suivre, et sur corner s'il-vous plaît ! Suite à un corner obtenu et très bien donné par RVP, Evans se faufile dans la défense des nouveaux chatelains pour smasher le ballon de la tête et faire 0-1 (8ème). Sur le ralenti, on peut apprécier la course du nord-irlandais, qui changea deux fois le sens de sa course pour se libérer du marquage. Rebelote au quart d'heure de jeu : cette fois c'est un corner côté gauche que Rooney se charge de botter pour une tête toute aussi rageuse de patrice Evra ! 0-2 au quart d'heure de jeu, deux roses sur corner, c'est trop beau !

Les Magpies en ont plein les bottes, United a tenté sa chance sept fois en moins de 20 minutes, pour aucune tentative de la part des locaux. Forcément et comme on en a malheureusement l'habitude, les Red Devils vont baisser le piedd et tenter de contrôler le match. Newcastle va donc se montrer plus entreprenant mais nos joueurs vont se montrer intraitables et très solidaires tout au long de la rencontre. Rooney et Cleverley, notamment, ne seront pas avares en efforts défensifs. Ferdinand et Evans répondent présents face aux dangereux Demba Ba et Papiss Cissé, et même nos latéraux, souvent critiqués pour leurs lacunes défensives, tiendront le choc face à des clients du calibre de Gutierrez et Ben Arfa. Si on avait remarqué la montée en puissance de Rafael, ce gros match de notre capitaine du jour Patrice Evra, ponctué par un but, est beaucoup plus surprenant et bienvenu. United rentrera donc aux vestiaires avec cet avantage de deux buts bien mérité.

En seconde période, il n'y aura qu'une seule grosse occasion pour les Magpies de recoller, et pas des moindres ! Centre en provenance de la gauche et tête de Ba sur la barre transversale, Cissé suit bien et place une tête plongeante qui semble filer vers le but, mais De Gea sort le ballon de justesse et Monsieur Webb ne bronche pas. Même après plusieurs ralentis, difficile de se faire une opinion et le débat sur la video peut à nouveau faire jaser. Il semblerait que le ballon n'ait pas traversé la ligné à 100%, mais si j'étais un supporter de Newcastle, je prétendrais peut-être le contraire... Rien de scandaleux toutefois et c'est probablement là le tournant du match : si il y avait eu but, United aurait certainement souffert. A contrario, cela semble avoir démoralisé les locaux et galvanisé nos joueurs. Valencia entre pour Kagawa, un des plus discret du jour, pour dynamiser un peu le flanc droit. Les autres milieux répondent toujours présents face aux clients que sont Tioté, Cabaye, Gutierrez ou Ben Arfa. Cleverley et Rooney sont comme des poissons dans l'eau et impriment le tempo pour United. Le premier sera récompensé à la 71ème minute en tuant définitivement tout suspense d'une merveille d'enroulé en pleine lucarne. Les jaloux diront qu'il a voulu centrer pour RVP au second poteau, moi je n'en crois rien et ce second but en deux semaines, face aux Magpies, ajoute une nouvelle dimension à la petite pépite anglaise, qui s'affirme de match en match dans ce milieu mancunien tant décrié.

0-3, la messe est dite. Il ne se passera plus grand chose, si ce n'est l'entrée de Scholes, monté au jeu pour choper le bristol jaune d'un tacle dont lui seul a le secret. Nous quittons donc St James Park avec trois points bien mérités et porteurs de bien des espoirs.  Si certaines victoires nous ont laissé un goût amer, celle-ci ne souffre d'aucune contestation et c'est bien la fierté qui fait un retour apprécié sur nos visages de supporters capricieux. Un match référence comme on en attendait depuis longtemps qui va nous rendre encore plus exigeants. Notre équipe sait jouer au football, elle vient de le démontrer à tous ses détracteurs. A elle de le montrer de façon régulière à présent. Mis à part Kagawa, légèrement effacé (nous ne lui en tiendront pas rigueur), les dix autres titulaires ont prouvé qu'ils avaient le niveau pour batailler avec City ou Chelsea dans la course au titre. Les haters peuvent parler de "one man team", de Van Persie-dépendance, le batave n'a pas marqué et United compte déjà onze buteurs différents en Premier League. Les arbitres favorisent United, Monsieur Webb le premier ? Aucune décision ne souffre la moindre contestation. Tout au plus, le referee a oublié un rouge de chaque côté, pour Tioté qui essuya ses crampons sur la cheville de Cleverley, et pour RVP qui nous gratifia d'une vilaine manchette sur Cabaye.

Casting : De Gea, Rafael, Ferdinand, Evans, Evra, Kagawa (Valencia), Carrick, Rooney (Scholes), Cleverley, Welbeck, Van Persie (Giggs).

Recalés : Lindegaard, Wootton, Anderson, Chicharito. 

Homme du match : Il est plus compliqué d'élire un homme du match dans ces conditions, où tous nos joueurs se sont montrés grands, beaux et forts. Beaucoup de mentions spéciales : Ferdinand et Evans, impériaux, Rafael et Evra, d'une sobriété toute surprenante, Cleverley, énorme du début à la fin... Pourtant, et même s'il n'a pas marqué aujourd'hui, un homme se détache à mes yeux : Wayne Rooney. Pas pour ses deux "assists", non. Mais pour son travail incessant, sa disponibilité, ses interventions défensives souvent indispensables et sa vision du jeu. Notre Shrek semble être comme un poisson dans l'eau depuis son retour de blessure et ce nouveau rôle de milieu off, derrière les attaquants. Un rôle dans lequel beaucoup d'entre nous désiraient le voir et qu'il semble apprécier énormément. Nous avons débuté cette review par un de ses tweets, nous terminerons de la même manière :

Grande victoire aujourd'hui. Je kiffe vraiment mon nouveau rôle dans le milieu. Toujours impliqué dans le jeu.