Arsenal_Home_PL_007

Cette image de Santos demandant le maillot de Van Persie à la mi-temps illustre parfaitement le match d'hier et ce que sont devenus ces deux clubs qui jadis se disputaient chaque année le titre. Arsenal n'est plus ce club qui forçait le respect. Symbolique aussi, le fait que ce soit l'un de leurs pires joueurs sur la pelouse qui demande le maillot de leur meilleur joueur et capitaine de la dernière saison, parti empiler les buts pour un club plus susceptible de lui apporter un (des) titre(s)...

L'observateur neutre ne doit pas se fier au résultat final ; ce 2-1 aurait presque des allures de match disputé, alors qu'il n'en fut rien. United a dominé toute la rencontre sans forcer, les Red Devils ont gaspillé de grosses occasions, dont ce penalty de Rooney ou ce raté de Valencia devant le but vide, et le but pour l'honneur des Gunners, anecdotique, a été inscrit à la 94ème minute de jeu. Sir Alex s'est plaint de ce manque de réalisme devant le but, et on le comprend ! Aucun d'entre nous n'a envie de perdre à nouveau un titre sur la seule différence de buts, n'est-ce pas ?

Au final, les meilleurs ont gagné et ces trois nouveaux points conjugués aux nuls de Chelsea et City nous permettent de trôner seuls en tête de la Premier League. Meilleure attaque, meilleur buteur, meilleur donneur d'assist. What else ? Si nous n'avons marqué "que" deux buts hier, les noms des deux buteurs ont de quoi faire sourire. Le premier a quitté Arsenal au sommet de son art sous les injures des supporters des Gunners et n'a dû attendre que 2 minutes et quelques secondes pour se rappeler à leur bon souvenir, grâce à un joli coup de pouce de son ancien coéquipier Vermaelen, qui a récupéré son brassard cet été. On a beau s'y habituer tout doucement, ça fait toujours bizarre de voir RVP avec un maillot de United sur le dos. Ce transfert est la preuve évidente du fossé qui se creuse entre ces deux institutions du foot anglais. Jamais auparavant Arsenal n'aurait pu vendre son meilleur buteur/joueur à son principal rival. Pour ne pas remuer le couteau dans la plaie, c'est un Robin tout en humilité qui a fêté son but, le 10ème de la saison (8 en PL, 2 en CL).

Arsenal_Home_PL_004

Oups ! Désolé, pas fait exprès...

Arsenal_Home_PL_003

Wayne a la joie moins contenue 

Le second buteur, c'est probablement le mancunien le plus détesté des Gunners. Le fameux auteur de cette phrase aussi objective que vexante : "tonight, it was eleven men against eleven babies". Les londoniens n'ont jamais pardonné cette déclaration, certes arrogante, mais totalement justifiée. Au-delà de son but de la tête (le deuxième de la saison !), notre capitaine a réalisé un excellent match, défendant parfaitement et amenant son habituel soutien lors des phases offensives. Cela fait plusieurs semaines que Pat Evra revient à son meilleur niveau, une renaissance qui semble coïncider avec l'arrivée de son concurrent au poste d'arrière-gauche, Büttner.

Mais la prestation d'Evra n'est évidemment pas la seule qui mérite nos louanges. Pour affronter les Gunners, Sir Alex reconduisait le même onze que contre Chelsea une semaine plus tôt. Dix joueurs en forme qui ont pu profiter d'une semaine de repos pour préparer ce match. A ce sujet, il est amusant de noter que Chelsea, qui a préféré faire joueur plusieurs de ses cadres en semaine pour éliminer notre équipe B de la coupe de la ligue, vient de perdre deux nouveaux points à Swansea. Dix joueurs, donc, car le onzième était de la partie mercredi. Malgré ces 120 minutes de jeu, Rafael conservait son poste d'arrière-droit sur la feuille de match et n'a jamais montré le moindre signe de fatigue hier après-midi. Le petit brésilien s'est promené à droite avec Valencia tout en s'acquittant parfaitement de sa tâche défensive. Après plusieurs saisons de va-et-vient dans l'équipe, il semble qu'il ait (enfin !) gagné sa place et s'il parvient à ne pas trop se blesser, elle pourrait être sienne pour longtemps. Sir Alex vient d'ailleurs de déclarer qu'il avait tout pour être le nouveau Gary Neville, excusez du peu.

Arsenal_Home_PL_009

Une image collector : Santos semble avoir remporté ce duel face à Valencia

A part ça, De Gea n'a pas eu grand chose à faire, Ferdinand et Evans ont passé une après-midi tranquille, Carrick a géré, Cleverley s'est chiffonné tout le match avec Wilshere (nous y reviendront), Rooney aurait dû marquer mais était à nouveau au four et au moulin, Valencia a fait l'amour au gros Santos et Young a lui aussi rendu une bien belle copie. United est donc venu à bout facilement d'un Arsenal presque innofensif, sans forcer son talent, et sans l'aide de l'arbitrage. Monsieur Dean a été parfait et aucune décision n'a de quoi outrer nos adversaires. Dans le doute, Rooney a tout de même préféré ne pas cadrer un penalty obtenu sur une main involontaire mais loin du corps de Cazorla dans sa surface. L'exclusion de Wilshere juste après le 2-0 aurait pu être évitée par un meilleur coaching.

En effet, le petit Jack semblait bien nerveux hier (la frustration, peut-être) et son match peut s'apparenter à celui de Cleverley, bien que Tom ait apporté plus à son équipe. Les deux jeunes milieux internationaux anglais ont tous deux été sanctionnés d'un carton jaune assez rapidement dans la rencontre, puis auraient pu écoper d'un deuxième, chacun. Monsieur Dean a préféré la jouer cool et avertir nos deux lascars qu'à la prochaine faute, ils seraient dehors. Du coup, Fergie a fait sortir Cleverley à la 61ème... Et Wilshere a vu rouge à la 69ème. Regardant le match chez mon meilleur pote, qui a le malheur de supporter les Gunners, j'avais annoncé la sortie de Cleverley après sa dernière faute, et suggéré à Arsène d'en faire de même. De là à dire que je serais un meilleur manager que ce dernier, il y a un pas que je vous laisse libre de franchir, ou pas.

Arsenal_Home_PL_010

Fais gaffe à la réception sur le poteau de corner, Pat...

Ce match était tellement facile qu'on n'a même pas eu besoin de sortir Scholes de son placard. Car quand Cleverley a dû sortir, c'est Anderson qui est monté sur la pelouse pour montrer à Ferguson qu'il était plus que jamais de retour en très grande forme après sa prestation éclatante au Bridge mercredi soir. En fait, ça faisait longtemps qu'on n'avait plus vu notre milieu dominer celui d'Arsenal de telle sorte et l'entrée d'Ando a renforcé ce sentiment. De bon augure pour les semaines à venir ; vu le programme, le Sir risque de faire tourner et vu la forme générale de nos joueurs, cette possible rotation n'est nullement inquiétante.

Avant de nous déplacer à City (auteur d'un nul blanc à West Ham) le 9 décembre, nous irons à Aston Villa, Norwich, Reading, et accueillerons QPR et West Ham. Un programme à priori abordable (entrecoupé par deux joutes européennes) pour le nouveau leader du championnat, qui devra prendre un maximum de points après ce 24/30 qui nous a vus nous imposer face à Chelsea, Liverpool et Arsenal, entre autres. Evitons les mauvaises surprises jusqu'au derby et je suis prêt à parier que l'écart aura augmenté entre nous et nos chers voisins bruyants avant de les affronter.

Bref, une bien belle semaine qui s'achève pour nous, où le seul bémol reste l'élimination en coupe, mais quand on voit la manière dont ça s'est passé, sommes-nous vraiment déçus ? Moi non. Je suis fier de ce qu'a réalisé notre équipe et je nourris plus que jamais de grands espoirs pour cette saison. Ça vaut au moins une demi-molle, hein Robin ?

Arsenal_Home_PL_001

GLORY GLORY MAN UNITED