United a trouvé les ressources pour aller s'imposer à Goodison Park, grâce à un but de Javier Hernandez et une grosse défense.

PL10_EVE_0_1_MUProfessionnels : Les Red Devils devaient réagir après la débâcle de dimanche dernier et le terrain d'Everton n'était pas vraiment l'endroit idéal pour panser nos plaies, vu nos récentes résultats là-bas. Pourtant, si nous n'avons pas été extraordinaires, le contrat est rempli. La mission était de prendre trois points et, si possible, garder le zéro derrière pour se rassurer défensivement, ce que les hommes de Sir Alex ont réussi. Dans le jeu, par contre, il y a encore du progrès à faire... Pourtant, nous avons plutôt bien commencé cette rencontre : le ballon circulait bien et le retour de Tom Cleverley n'était pas étranger à cela. C'est donc logiquement que nous avons ouvert le score dès la 19ème minute, lorsque Patrice Evra, au terme d'un beau mouvement collectif, adressa un centre parfait à notre Petit Pois préféré, qui signa son 4ème but de la saison.

Défense : Après cela, United a peu à peu reculé, laissant l'initiative aux Toffees, qui furent tout près d'égaliser sur coup franc. De Gea fut bien soulagé lorsqu'il vit le bel envoi de Baines rebondir sur son équerre... Dans cette défense de plus en plus sous pression, surtout en seconde mi-temps, le retour de Vidic était un plus non négligeable. Notre capitaine serbe a été impérial, prenant tout de la tête, ne laissant aucun espace aux attaquants adverses et rattrapant de temps en temps les errances de Jonny Evans, invité surprise de ce match après une suspension d'un seul match purgée en Carling Cup, suite à son explulsion face à City. Sur les côtés, Phil Jones et Evra faisaient le boulot. Mais cette performance défensive est l'oeuvre d'une équipe entière, chacun participant au pressing et faisant preuve d'un grand sens du sacrifice. Une attitude que nous étions en droit d'attendre mais qui fait plaisir à voir. C'est bien simple, les seules occasions des Toffees furent des tirs à distance.

Décroché. On connaît la tendance de Wayne Rooney à reculer dans le jeu pour offrir des solutions à ses partenaires, amorcer nos offensives pour ensuite tenter de les conclure. Samedi, sur le terrain qui l'a révélé au monde entier, l'attaquant anglais a joué plus bas que jamais, évoluant plus comme milieu de terrain que comme deuxième attaquant. On ne sait pas si c'était une consigne de Sir Alex ou si c'est une initiative personnelle de Wazza, mais en décrochant ainsi, de plus en plus souvent, il risque de ne plus marquer beaucoup de buts. Hors, c'est ce qu'on lui demande en premier lieu et c'est ce qu'il fait de mieux (avec les transversales). A nos milieux de terrain de faire le boulot. A ce sujet, Darren Fletcher semble retrouver une forme acceptable et son association avec Cleverley pourrait bien fonctionner.

Bobos. Alors qu'au coup d'envoi nous pensions que seuls Rafael et Gibson (mais ce dernier est-il toujours un joueur de United ?) occupaient l'infirmerie de Carrington, nous avons appri l'absence pour un mois de Chris Smalling, blessé au pied comme Ashley Young, qui ne devrait lui être absent que deux semaines. Tom Cleverley a été remplacé après 55 minutes de jeu mais Sir Alex s'est montré rassurant sur l'état de son jeune milieu de terrain et devrait pouvoir compter sur lui le week-end prochain face à Sunderland.

Galati. Avant d'accueillir les Black Cats de Steve Bruce, Wes Brown et John O'Shea, il faudra s'imposer face aux modestes roumains d'Otelul Galati, ce mercredi en Ligue des Champions. Si cette rencontre ne devrait être qu'une formalité, il faudra toutefois éviter l'excès de confiance (remember Bale ?) et se mettre rapidement à l'abri pour ne pas perdre inutilement des forces et éventuellement faire tourner et offrir du temps de jeu à certains. Inutile de préciser que tout autre résultat qu'une victoire serait une nouvelle désillusion et que cela hypothéquerait sérieusement notre qualification en 8èmes de finale.

Casting : De Gea, Jones, Vidic, Evans, Evra, Park, Fletcher, Cleverley (Nani), Welbeck (Valencia), Rooney, Chicharito (Berbatov).

Recalés : Lindegaard, Ferdinand, Fabio, Owen.

Homme du match : Nemanja Vidic pour une performance typique du bûcheron serbe. Un retour qui soulage toute une défense, toute une équipe, et bien des supporters.

Note du match : 6,5/10