aVqFfEQAPzNous y sommes enfin ! 78 jours se seront écoulés entre la défaite à Wembley face au Barça et le premier match officiel de la saison, ce dimanche à West Bromwich. Et les intersaisons des années impaires sont encore plus longues que les autres, absence de compétitions internationales oblige. Pour nous faire patienter ? Un mercato rapide et efficace, une tournée américaine fructueuse à bien des égards et un feuilleton italo-hollandais dont on ne connait, à l’heure actuelle, pas encore le dénouement.

Si on ne peut pas vraiment parler de reconstruction ni de révolution, United subit actuellement une petite évolution. Des cadres s’en sont allés profiter d’une retraite bien méritée, comme Edwin Van der Sar, Paul Scholes ou Gary Neville, un peu plus tôt dans l’année. D’autres sont partis chercher du temps de jeu dans des un club moins huppé ; Wes Brown et John O’Shea sont désormais des Chats Noirs aux ordres de Steve Bruce. Et puis, il y a les joueurs qui n’avaient tout simplement pas, pas encore ou plus le niveau pour United. Ainsi Owen Hargreaves a dit adieu à tout le corps médical du club, Bébé est parti jouer les têtes de turc en prêt au Besiktas et Obertan a posé ses valises et son crâne d’alien un peu plus au nord, chez les Magpies. Le cas Gibson pose encore question. L’irlandais aurait eu les yeux plus gros que le ventre au moment de rejoindre Brown et O’Shea à Sunderland et a traîné son mal être en équipe réserve pendant que ses petits copains visitaient les States.

Pour pallier à ces nombreux départs, Sir Alex n’a pas chômé en bouclant trois transferts avant l’ouverture officielle du mercato ! David De Gea, Phil Jones et Ashley Young ont rejoint les champions d’Angleterre. De la jeunesse, du talent, de la soif de titres, le tout pour une cinquantaine de millions d’euros. Mais ce ne sont pas les seuls « nouveaux visages » de cette saison à Old Trafford. D’autres jeunes ont (ré)intégré le groupe : Danny Welbeck a brillé une saison à Sunderland, suffisante pour convaincre Fergie de l’inclure dans son contingent offensif déjà impressionnant. Même sort pour Mame Biram Diouf, pourtant moins fringuant avec Blackburn. Federico Macheda a vécu l’enfer pendant six mois à la Sampdoria et semble préférer les nuages et la pluie anglaise au soleil de Gênes. Autre retour de prêt, celui de Tom Cleverley, dont le stage à Wigan aura fait le plus grand bien. Le temps nous dira si ces achats et retours seront judicieux, mais ils se sont tous montrés intéressants lors de la préparation. Avec à la clé des victoires face au Barça et plus récemment dans le Community Shield, à Wembley, contre l’ennemi de Shitty, où Ashley Young, Danny Welbeck, Phil Jones et surtout Tom Cleverley ont montré qu’il faudrait bel et bien compter avec eux cette année.

Ce dernier pourrait être la pièce manquante à l’équipe déjà impressionnante bâtie par Sir Alex. De l’avis général, pour être capable de concurrencer le grand Barcelone, United doit recruter du lourd au milieu. Et on n’a pas attendu la démonstration de Messi, Iniesta et les autres pour le savoir. Cela fait au moins quatre ans que United n’a pas renforcé ce secteur du jeu et, si nous avons eu la joie de fêter un 19ème titre historique, notamment grâce à une invincibilité retrouvée à Old Trafford, cette lacune était évidente en déplacement, tout au long de la défunte saison, où même des équipes comme Sunderland prenaient le meilleur sur notre milieu. Scholes étant définitivement rentré dans la légende en raccrochant ses crampons de génie, United se cherche un nouveau maestro capable de contrôler le jeu, de délivrer des caviars et de marquer des buts. Tom Cleverley a montré dimanche dernier contre Shitty que United avait peut-être la solution juste sous le nez, et que nous n’avions pas besoin de débourser des sommes folles sur le transfert et le salaire d’un Wesley Sneijder, mais Tom est encore jeune et n’a pas encore le CV du hollandais. Cleverley est certainement un futur grand, Sneijder l’est déjà. Si l’intériste nous rejoint, nous pourrons sans arrogance déplacée viser une quatrième finale de Ligue des Champions en cinq saisons avec, pourquoi pas, un autre dénouement que pour les deux dernières. S’il ne vient pas, nous sommes tout de même parés pour aller loin.

Et pour une fois je suis d’accord avec les médias anglais, puisque ceux-ci, une fois n’est pas coutume, pointent United comme LE favori à sa propre succession ! Nous n’aurons donc pas cette année en cas de nouveau sacre, le plaisir de prouver à tous ces gueux qu’ils s’étaient bien viandés neuf mois plus tôt en annonçant notre déclin. De l’avis général, l’effectif mancunien, couplé à la culture de la gagne qui est nôtre et à la présence de l’impérissable Ferguson nous posent en favori numéro un. Comment leur donner tort ? United a gagné le titre avec neuf points d’avance sur le second, sans perdre une seule fois à domicile, tout en réussissant un parcours européen quasi parfait. Aux stars confirmées comme Wayne Rooney, Nani, Vidic, Evra, Berbatov ou Ferdinand, il faut ajouter les nouveaux, sans oublier que Chicharito a désormais une saison entière de Premier League dans les jambes… United est une machine à gagner, un ogre jamais rassasié qui ne se repose jamais sur ses acquis. Oublié le 19ème titre, l’objectif est maintenant le chiffre 20, tout en résorbant ce retard sur Barcelone qui nous relègue au rang de seconde meilleure équipe d’Europe. Un statut qui n’a rien de honteux vu l’excellence de ce Barça là, mais je doute que Fergie se contente longtemps de la médaille d’argent…

Pour empêcher United de garder sa couronne, plusieurs formations se trouveront sur le chemin des Red Devils. A commencer par le voisin bruyant de Shitty. La ville de Manchester est désormais la capitale du foot anglais et pour de nombreux observateurs, c’est là-bas que la bataille fera rage. A coups de millions, les citizens se sont acheté une équipe solide, qui a pu accrocher cette place en Ligue des Champions tant recherchée tout en se débarrassant du poids des années de disette au niveau des trophées, en remportant la Cup après 35 années de choux blancs. Et si on ne sait pas encore à l’heure actuelle si leur troll maléfique argentin quittera le navire d’ici à la fin du mois, Mancini a déjà recruté sa doublure en la personne de Kun Aguero, copie conforme de Tevez en moins moche et plus jeune. Si Balotelli achète un cerveau, il pourrait former un tandem de choc en attaque. Sauf que Mancini ne joue qu’avec un attaquant à la fois… Les citizens seront plus forts, mais pas encore au niveau de United. Ajoutez à cela une campagne en Ligue des Champions et l’une ou l’autre affaire de vestiaire, et logiquement Manchester restera plus que jamais rouge, quoi qu’ils essaient de nous faire croire. Le Community Shield fut en cela riche en enseignements : Mancini a aligné à peu de choses près son équipe type et United a dominé toute la rencontre, se permettant de faire tourner en seconde période, alors que le score était, sans trop qu’on ne sache comment, de 2-0 en faveur des Sky Blues.

Deuxième grosse menace pour United et peut-être la plus sérieuse, Chelski. Bien que le club d’Abramovich se soit jusqu’à présent montré discret sur le marché des transferts, les Blues disposent toujours d’un effectif de qualité ayant l’expérience du champion. Drogba, Terry, Ashley Cole et Lampard ne rajeunissent pas, mais il faudra encore compter avec les londoniens. Surtout dans le cas où la jolie Fernande Torres retrouve ses sensations de buteuse. Reste à voir si le nouveau manager, le Special Two Villas-Boas, du haut de ses 33 ans, pourra gérer un vestiaire où les égos sont, de réputation, surdimensionnés…

Et puis il y a Liverpool. Liverpool qui dépense sans compter sur des joueurs de seconde zone. Henderson, Adam, Downing… Jamais pour moins de 20 millions et jamais dans son secteur le plus faible : la défense. King Kenny recrute à tout va des milieux et des avants, après avoir déjà flambé en janvier. Suarez a déjà prouvé qu’il avait tout pour réussir en Premier League et faire oublier Torres au Kop D’Anfield et, avec un bon Carroll, pourrait faire des ravages. Les scousers ont terminé le dernier championnat en boulet de canon mais, comme l’a bien dit Roy Keane, aucune chance d’être champions. Peu importe si les Reds restent trop courts pour la course au titre, une victoire face à United et la saison sera un succès !

Et Arsenal dans tout ça ? Les Baby Gunners n’ont toujours pas désaoûlé de leur défaite en finale de la coupe de la ligue… Faut dire que perdre leur premier trophée possible depuis six ans face à Birmingham, ça fait mal au cul. Du coup, Fabregas veut plus que jamais cirer le banc du Barça et Samir Nasri veut se barrer pour rejoindre Clichy à Shitty, mais ce n’est pas pour l’argent. Vous l’aurez compris, Arsène a du souci à se faire et plus les jours passent, moins on considère Arsenal comme un prétendant au titre. En voyant ses meilleurs éléments partir (même si rien n’est encore fait au moment où j’écris ces lignes) sans les remplacer qualitativement, les Gunners pourraient bien cravacher dur pour arracher une place de le Top Four, synonyme de Ligue des Champions. Voyons déjà s’ils pourront gérer leur tour préliminaire la semaine prochaine…

Enfin, il y Tottenham. Les Spurs font peu parler d’eux lors de ce mercato. Tout juste les petites envies d’ailleurs de Modric, courtisé par Chelski. A part ça, rien à l’horizon, Harry Redknapp pourra compter sur le même effectif qui lui a permis de finir cinquième et de réaliser une jolie campagne européenne. Le meilleur joueur du monde (TM) Gareth Bale est toujours là, tout comme Rafael Van der Vaart et tous les autres. Si Luka Modric reste, les Spurs peuvent viser le top four et terminer devant leur meilleur ennemi, Arsenal.

Mes prédictions pour cette saison en championnat sont donc celles-ci :

  1. United
  2. Shitty
  3. Chelski
  4. Liverpool ou Tottenham (de préférence)

Outre la Premier League, j’aimerais que United brille en FA Cup. Nous n’avons plus remporté ce trophée depuis 2004 et, après avoir échoué tout près du but en perdant contre Shitty en demies, il est temps de remettre la main sur cette prestigieuse Coupe d’Angleterre, que nous avons remportée plus que n’importe quel autre club. Et puis évidemment un beau parcours en Europe… Le Barcelone actuel est probablement la meilleure équipe de tous les temps, mais elle peut être vaincue, que ce soit par United ou n’importe quelle autre formation.

Je terminerai cette mise en bouche en vous disant que, d'un point de vue plus personnel, j'espère vous voir encore plus nombreux sur ce blog où je prends mon pied depuis plus d'un an à partager ma passion de United avec vous. J'essaierai de vous proposer toujours plus d'informations, de nouveautés et d'humour tout au long de cette saison qui s'annonce passionnante ! Merci à tous ceux qui font et feront partie de la famille du Théâtre des Rêves !

Bonne saison à tous !

GLORY GLORY MAN UNITED